Société Archéologique et Historique de Nantes et de Loire-Atlantique

Révolution de cathédrales

Au soir du 15 avril 2019, nos regards se sont tournés, incrédules, sur l'immense brasier de Notre-Dame de Paris. L'image de la flèche d'Eugène Viollet-le-Duc engloutie, en particulier, a frappé les esprits. Deux courants se sont très vite formés quant à la restauration de l'édifice – car l'on ne saurait parler de reconstruction : l'un, conduit par l'architecte Jean Nouvel, plaide en faveur d'une restauration en application des principes fixés par la Charte de Venise en 1964, complétée par le document de Nara en 1994 ; l'autre, dans le sillage de son confrère Dominique Perrault, milite en faveur d'un geste de création. Au-delà de l'émotion, il reste à dégager la portée historique de ce drame, en laissant le temps aux historiens, aux hommes de l'art et aux services patrimoniaux d'établir un diagnostic du sinistre et de mettre en oeuvre, sans précipitation, le chantier de cette restauration.
En regardant Notre-Dame de Paris irisée par l'incendie, il m'est revenu le très beau texte de Georges Clemenceau, « Révolution de cathédrales », signé dans l'édition du 20 mai 1895 de La Justice, éloge des études de Claude Monet pour la cathédrale de Rouen : « C'en est fini de la toile immuable de mort. La pierre elle-même vit, on la sent mutante de la vie qui précède en la vie qui va suivre. Elle n'est plus immobilisée pour le spectateur. Elle passe. On la voit passer [...]. Tout ce qui m'importe, c'est que je vois surgir le monolithe dans son unité puissante, dans son autorité souveraine. » Clemenceau s'émerveille du prodige de ces cathédrales grises, blanches, iris ou bleues qui lui donnent « la durable vision [...] de cent, de mille, d'un milliard d'états de cathédrale de toujours dans le cycle immense des soleils ». N'est-ce pas cette vision démultipliée qui a surgi de cet incendie parisien ? Elle nous renvoie, bien entendu, à deux événements nantais : les incendies de la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes et de la basilique Saint-Donatien, dite aussi des Enfants-Nantais, respectivement en 1972 et 2015.  [...]

Lire la suite [1]


La boîte à outils

Historique des éditos et documents de la société [2]

Pour accéder plus facilement à la collection des Bulletins annuels [3]

Répertoire thématique/auteurs des bulletins du premier au dernier numéro

Accéder directement au répertoire [4]


adresse provisoire de la société :

BP 51607

11 rue du Château de l'Eraudière

44300 Nantes

Permanence tous les vendredi après-midi. Les fonds et collections étant hébergés provisoirement sur un autre site, les conditions d'accès aux documents nécessitent une prise de contact préalable, par téléphone ou messagerie

info@societe-historique-nantes.fr [5]

 


Liste des liens de la page